Lumière pulsée : je l’ai fait.

Fini les racontages divers et variés de pré pubère, si je veux attaquer Damon, il faut que je sois NIQUEL ! Et pour mon Damon, je suis prête à tout. Oui, même à renoncer ma morphologie  primate. Oui je sais, certaines me diront « oui mais c’est humain les poils! » Oui, mais Damon c’est un vampire! (Téma l’argument choc.)

Bref, parlons plus sérieusement.

Depuis toujours je n’ai pas hérité de la taille de guêpe de ma mère, mais plutôt de la pilosité envahissante de mon père. Aisselle, maillot, duvet, jambes, tout y passe. Après avoir tenté la cire : trop douloureux ; l’épilateur : repousse non régulière ; rasoir : coupures ; Crème dépilatoire : brûlures, j’ai craqué.

Grand nombre de mes amies me parle de l’épilation au laser, mais rien que le nom ça fait flipper. C’est agressif, violent, dur, bref, quand tu me dit « laser » je pense à James Bond ou aux lignes rouges qui te désintègrent si tu te baisses pas.

J’ai donc opté pour une technique plus harmonieuse, la lumière pulsée.

Ça t’intéresse? Je te raconte ? Bon, je ne te dirai pas si ça a marché ou non, je t’explique juste le principe, si ça fait mal, et comment ça se passe.

Si comme moi tu es blanche (pas blanc – blanc, blanc-neige!) aux poils noir, tu es la (pigeonne) cliente idéale. En effet, plus les poils sont accrus et bien foncés, plus ça marche!

J’ai donc phoné (du verbe phoner) mon esthéticienne préférée aka ma meilleure amie, et hop, c’était parti pour un rendez-vous d’une vingtaines de minutes pour maillot intégral et duvet.

Il faut donc bien se raser le jour même, oui oui, même la « moustache ». Je te dis pas le traumatisme de se raser le visage, une angoisse…

Avant toute chose, vous enfilez toutes les deux des lunettes toutes droit sortie d’un clip de Lady Gaga. Elle commence donc a étaler une sorte de gel froid, très froid, règle l’intensité sur une grosse machine qui fait du bruit, elle approche l’appareil de la zone à dépiler, et « tutut – crishhh » (excusez la bande son, c’est pas évident). Impossible de ne pas sursauter, ça chauffe et ça fait comme une mini décharge électrique. Rien de bien méchant, mais juste assez pour te faire tressaillir et manquer de foutre un pain à l’esthéticienne. (Ça, c’est pour le visage). En ce qui me concerne, le maillot n’est pas très douloureux, après, ça dépend toujours de l’adaptation à la douleur de chacun, question de feeling.
La première séance et la deuxième sont espacées d’un mois, après, il faut compter 2 mois. Prenez votre temps, 5/6 séances sont nécessaires.

 

Je ne peux pas vous parler de l’efficacité. Apparemment, les poils sont censé « tomber » au bout de deux semaines, et pour le moment je prie chaque matin pour ne pas devenir barbue.

Pourquoi je n’ai pas choisi le laser ? Le prix ! Eh oui les grosses, c’est carrément moins cher de se faire débroussailler à la lumière pulsée que par un laser, et les effets sont de plus longs termes avec la L.P que le laser! Et oui, cela ne se voit pas tout de suite, mais c’est vrai!

Comptez environ 80€ pour un maillot intégral, 20€ le duvet, 120€ les demi-jambes.

 

On se tient au courant pour la suite? J’arrive Daaaaaaaamon !

Et vous, la lumière ça vous pulse ?

Publicités