Comment je me suis fait n*qué.

Ouais, comme ça mes dindons, c’est clair ! J’enrage. Erreur de débutante me direz-vous, peut-être, mais j’enrage quand même.

Il y a quelque mois, je reçois un gentil courriel alléchant du doux nom de Thalasseo. On me propose un petit partenariat : 3 petits mots placés dans 3 petits articles par mois moyennant 100€. Bon, je ne crache pas dessus, et puis dans un article c’est trop facile de placé « j’ai besoin de vacances ». Jusque-là, tout roule. J’encaisse, je renouvelle, ils me kiffent, on parle pub et je me sens importante dans leur campagne. j’idéalise, j’achète des vernis, bref, je suis bien.  Jusqu’au jour où, plus rien, nada, « salut » ! Enfin non, même pas d’explications, rien. Du jour au lendemain, plus rien. Bon, me-dis-je, l’entreprise était en fait une entreprise fantôme qui servait à dissimuler de la drogue pour animaux épiques, et elle s’est faîte gauler, soit, c’est pas bien grave.

Sauf que, ces derniers temps, et vas-y que les articles sur Thalasseo sortent, et vas-y que j’te vante les mérites d’un massage fantôme. Bref, ils m’ont niqués, les autres en profites, et la marque rigole bien.

C’est peut-être mes débuts qui me rendent si crédule mais n’y a t’il plus aucunes limites? Les marques se servent-elles tant que ça de la blogosphère, se croyant au dessus de toutes sortes de formes morales?

Nous prennent-ils pour des cons ? Personne le remarque ? A vos clavier, vous avez 50 minutes.

Publicités