Comment je me suis fait n*qué.

Ouais, comme ça mes dindons, c’est clair ! J’enrage. Erreur de débutante me direz-vous, peut-être, mais j’enrage quand même.

Il y a quelque mois, je reçois un gentil courriel alléchant du doux nom de Thalasseo. On me propose un petit partenariat : 3 petits mots placés dans 3 petits articles par mois moyennant 100€. Bon, je ne crache pas dessus, et puis dans un article c’est trop facile de placé « j’ai besoin de vacances ». Jusque-là, tout roule. J’encaisse, je renouvelle, ils me kiffent, on parle pub et je me sens importante dans leur campagne. j’idéalise, j’achète des vernis, bref, je suis bien.  Jusqu’au jour où, plus rien, nada, « salut » ! Enfin non, même pas d’explications, rien. Du jour au lendemain, plus rien. Bon, me-dis-je, l’entreprise était en fait une entreprise fantôme qui servait à dissimuler de la drogue pour animaux épiques, et elle s’est faîte gauler, soit, c’est pas bien grave.

Sauf que, ces derniers temps, et vas-y que les articles sur Thalasseo sortent, et vas-y que j’te vante les mérites d’un massage fantôme. Bref, ils m’ont niqués, les autres en profites, et la marque rigole bien.

C’est peut-être mes débuts qui me rendent si crédule mais n’y a t’il plus aucunes limites? Les marques se servent-elles tant que ça de la blogosphère, se croyant au dessus de toutes sortes de formes morales?

Nous prennent-ils pour des cons ? Personne le remarque ? A vos clavier, vous avez 50 minutes.

Géné par tant d’humanité

 

Si il y a bien un truc qui me chiffonne dans la vie de tous les jours, c’est de devoir se justifie pour tout et n’importe quoi, sous prétexte que l’on est une femme, ou un être humain en général. (‘Tends, je reprend mon souffle).

Voilà, donc, je disais, pourquoi doit-on se justifier quand on va au toilette par exemple ? Tout ce qui rentre, doit ressortir : équation totalement logique définie par un être supérieur et sûrement maléfique. Tout être humain normalement constitué va poser sa crotte une, voir deux (voir trois mais je ne suis pas dans ce cas-là évidemment) par jour. Alors la question est : POURQUOI doit-on dire que l’on « va se rafraîchir », ou qu’on « s’absente un instant » et qu’on passe notre statut skype en « reviens dans 5 minutes ». Entre nous, 5 minutes, c’est léger.
Je vous rassure, on ne va pas parler caca toute la journée, mais, c’est quelque chose qui m’interroge, du coup, je reprend les petits actes anodins de la vie, et je me rend compte qu’on fait vraiment n’importe quoi pour cacher notre humanité.

Exemple (encore en rapport avec les toilettes mais que voulez-vous, l’être humain est tellement remplis de complexes) : Pourquoi nous obstinons-nous à bourrer la cuvette de papier pour amortir la chute? C’est complétement débile ! Soit, tu prends ton temps et l’eau à imbibé le papier, soit au moment fatidique des adieux, tout remonte. Quel est le pire?

Vivre en société. Savoir se « tenir ». Refouler notre nature humaine, pour une cause bien pensant qui a décrété que les hommes étaient de gros dégueulasses, et les femmes pissaient du coulis et chiait des paillettes. Tu m’excuseras, je suis une dingue de paillettes, mais le jour où j’en vois sortir de mon cul : je hurle !

Et c’est même pas crédible en plus. Va dire à ton keum après avoir lâcher un gros pet foireux « c’est cadeau mon cœur, c’est Noël, c’est des paillettes! » C’est pire qu’un lynchage qui t’attend ma grosse, bien pire.

 

Et toi? T’es plus du genre à faire du PQ ta machine de guerre? Ou à assumer, tout assumer?

J’ai décidé de vivre avec.

Mais avec quoi me diras-tu ? Avec mon mec !

 

Bonjour, il fait froid.

Vous n’êtes pas sans savoir que cela fais quelques mois, que-dis-je, quelques années, que nous avons pris notre indépendance l’Homme et moi. MAIS, car il y a toujours des « mais », sinon ça ne serai pas drôle, pas drôle du tout.

En effet, je ne pense pas être la seule dans ce cas à avoir fait l’étrange constatation : L’homme est différend de la femme.
Sans blague.

Non, sans déconner, hormis la conception de la vie à deux qui consiste pour la femme à un échange langoureux de passions et de vie communes à un couple en parfaite harmonie, et pour l’homme qui ne se résume qu’à avoir à manger et obtenir rapidement une connexion internet pour jouer en réseau, il y a une fossé !

Exemple n°1 : La sortie du jeudi soir.

Côté homme : douche rapide + tee-shirt + jean + baskets + gel = c’est parti mon kiki !

Côté femme : douche soin + cheveux + soin cheveux + brossage cheveux + séchage cheveux + coiffage cheveux + crème + correcteur + fond de teint + poudre + blush + fixateur + khôl + mascara + sourcil + RAL + collant + jupe + chemise + veste + talons. = vous voyez pas l’incohérence ?

Exemple n°2 : Le repas préparé par Amour (et non pas POUR).

Côté homme : Steak + pâtes + yaourt + « Chérie, tu mets la table? » = A table !

Côté femme : Steak de chez Mr-le-boucher + vin + penne au pesto + crème pâtissière pour le brownie + « Chéri, tu viens m’aider à mettre la table s’il te plait? » – Peux pas je joues! + dressement de la table + bougies + serviettes = Chéri, le diner est prêt, viens ça va refroidir. – J’arrive dans 2 minutes !

Bref, pas besoin de s’étaler sur le sujet, je pense que c’est clair.

Que dire de la tête de l’homme, si je puis-je ne serait-ce qu’un instant appelé ça un homme, lorsque je sors l’artillerie ongulaire ? « Pourquoi tu te les peins? » Est-ce vraiment utile de lui répondre ? Pour le bien de sa culture, oui. La réponse vient donc : C’est pour mettre un peu de couleur, tu as vu le temps dehors ? C’est gris, froid, autant mettre un peu de rose au bout des doigts pour amener un peu de douceur, tu ne trouves pas cela jolie? Sa réponse les filles, j’en ai encore froid dans le dos. Je ne l’ai pas sentie venir. Et bam ! « Ouais si tu le dis, va ailleurs, ça pue ton truc! » Le « truc« , c’est le dissolvant. Ok pour l’odeur on repassera, mais c’était le bourgeois qui sent la framboise ! Merde !

 

Vous vous passerez de l’épilogue de l’épisode « Oh, crotte, zut et flute, j’ai plus rien à me mettre ». Et de l’indignation du mâle quant à ces dires : « Tu t’fou de moi? T’as commandé encore hier chez l’anglais (comprendre Topshop) et t’as les placards qui débordent! ». Peine perdue de prendre le temps de lui expliquer. Le pauvre. 2 paires de pompes et il est satisfait ; ah, l’insouciance.

 

Que dire à part que quand on aime, faut vraiment avoir le cœur solide, et très peu de cotons-tiges!

Dire oui à la Sodomie

Oh non, ne me dis pas que je t’ai choqué.

Toi petite princesse qui fait genre tu pètes des paillettes, j’ai bien vu ton petit jeu! Tu fais genre. On le sais tous. On parle de cul, de galettes et de cunnilingus, et ça y’ait tu te braques. T’as un keum, t’en parles pas, mais je vois très bien ta petite oreille pendue. Tu cherches des détails.Tu veux savoir si ça fait mal, alors que tu sais très bien que si y’a pas ton pote Durex, tu va chialer ta mère tous les mardis du mois.

Si je te dis que ça fait mal, tu vas vouloir quand même essayer. Te dire que non, ton trou de balle est plus dilaté que le mien. Ouais ouais, l’espoir fait vivre. Un conseil? Calme ses ardeurs, sinon tu vas douiller. T’essayes de te rassurer? Te dire que t’es une fille comme tout le monde qui ravive la flamme ? Qu’une fois de temps en temps ça ne peux pas faire de mal? Si justement, ça fait mal.

Tu connais La Belette? « Ça fait mal, ça fait mal ». Il a raison le con.

Pourquoi ? Pourquoi la sodomie c’est tabou? On devrait en parler merde! (désolé, ce n’est pas un jeu de mots vicieux). C’est un désir comme un autre! Une histoire de boules. Ça t’intéresse la fellation? Oui? Tu te la pètes avec tes 20 centimètres? Ouvres les yeux et écarte les cuisses, c’est has been ! Maintenant, pour être IN faut avoir le cul ouvert. Et oui, désolé ma grande, va falloir passer à la casserole ! Même Melty le dit, la sodomie, ça peux sauver un couple !

Qu’est-ce que t’attend?

 

En espérant qu’avec ce titre, je me tape pas une provenance de visiteurs peu scrupuleux qui s’attendent à des images! J’ai promis de pas prendre de photos.

Il en faut peu pour être heureux

Lalalalalala lala… Ouais allez, ta gueule.

Image

– L’employé que je déteste c’est enfin barré

– Le nouveau est plutôt pas mal

– Chéri n’a pas de boulot, mais il est en bonne santé

– Après trois essais, j’ai enfin eu mon code

– Ma commande New Look n’est toujours pas arrivée, mais mes chaussures oui.

– J’ai plus de boutons

– J’ai perdu 3 kgs

– Mon frère a eu son code, son permis, et une voiture.

– Mon loyer a augmenté, mais j’ai un toit

– Mes collègues me gonflent, mais j’ai un travail

– J’ai plus de sous, mais j’ai de quoi manger

– J’ai plus de jus d’orange, mais j’ai du rosé.

 

Je pourrais continuer encore longtemps, mais vous avez compris le délire. Je vous conseil activement de vous procurer « Le petit cahier d’exercices au bonheur ». Un remède infaillible contre le négatif, pour voir la vie du bon côté !

A bon entendeur !

 

Et vous les filles, un truc qui vous chiffonne mais que vous pouvez transformer en positif ?